Conseils canins à vous mettre sous la dent!

Chapitre 11 – Le chien et le voisinage

On pense tout de suite aux nuisances dues aux aboiements excessifs.

Pour la plupart des chiens, une petite réprimande dès les premiers aboiements suffit le plus souvent à régler définitivement le problème.

Certains chiens aboient littéralement à la folie. Ils ont un caractère d’aboyeur, et tout ce qui peut les exciter déclenche chez eux des crises interminables. Ils indisposent les meilleures volontés du voisinage, et peuvent valoir à leurs maîtres de sérieux ennuis.

Si votre chien aboie à l’excès pendant vos absences, et si vous le pouvez, laissez-le dans la maison. Allumez la radio, la télévision, pour qu’il se sente moins seul. Cela lui donnera des distractions. Ne souriez pas, certains chiens adorent la télévision. On croirait parfois qu’ils comprennent ce qu’ils voient.

D’ailleurs, si vous voulez connaître le degré d’intelligence de votre chien, lisez-lui une page de Proust, de préférence une bien compliquée – ce n’est pas difficile à trouver – puis posez la question de savoir si votre chien a compris. Et répondez oui…

Si cela ne suffit pas, vous avez deux solutions.

Primo, mon invention, le magicol, cette sangle de museau qui n’empêche ni de boire ni de manger, mais par laquelle le chien se punit lui-même quand il ouvre brutalement la gueule, donc quand il aboie.

Et, secundo, le collier électrique anti-aboiement. Je suis hostile à ce genre d’engin, sauf quand il devient le seul recours susceptible de sauver la vie du chien. Le modèle Canicalm est pour moi le meilleur sur le marché.

N’escomptez rien trop des médicaments soi-disant calmants. Ou alors il vous faudra avoir recours à de fortes doses qui assommeront votre chien. Et gare à la dérive de la camisole chimique, quand votre chien ne pourra plus sans drogues s’arrêter d’aboyer…

Même fort gentil par ailleurs, votre chien peut détériorer les biens de vos voisins, détruire les clôtures, les cultures, ou encore attaquer chez eux les autres chiens et même les gens. J’ai vu deux huskies tuer en une nuit plus de 2 000 faisans d’élevage! Lorsqu’un chien se met à faire ce genre de bêtises, il les accumule ensuite très vite en chapelets.

Au début, les bêtises de votre chiot sont amusantes. Mais l’animal s’enhardira petit à petit. Et vos difficultés de voisinage iront en empirant. Épargnez-vous tous ces ennuis. Obligez votre toutou à rester chez vous. Et assurez-vous soigneusement contre les conséquences de ses frasques. N’oubliez jamais que vous êtes intégralement responsable de vos animaux.

A l’inverse, méfiez-vous des voisins trop gentils qui jettent de la nourriture par-dessus votre grillage. Ils peuvent, si vous avez plusieurs chiens, déclencher des bagarres, et surtout dérégler l’équilibre alimentaire de votre animal, avec tous les risques que cela comporte. Gare à la friandise empoisonnée qu’un mauvais plaisant peut présenter à votre chien. Ne croyez pas trop à la vertu du dressage au refus d’appâts. Des expériences effectuées par l’armée américaine ont prouvé qu’un chien, même dressé, finit par manger n’importe quelle nourriture appétissante au bout de deux heures…

La shellclip confortable portée en extérieur reste un des meilleurs moyens pour freiner l’ingestion d’un appât empoisonné.

Un dernier mot enfin sur les difficultés de voisinage. Si, un jour, grâce à ses aboiements ou à sa présence, votre chien fait fuir des malfaiteurs, il deviendra la vedette de votre rue…

Le chien errant n’est en général pas dangereux. Pourtant, il faut toujours se méfier des exceptions !