Conseils canins à vous mettre sous la dent!

Chapitre 13 – Le comportement du bon maître

«Qui aime bien châtie bien», dit le proverbe. Deux remarques : d’abord, «bien» ne signifie pas «beaucoup» et, ensuite, je préférerais la formule : «Qui aime bien récompense beaucoup!»

Vous pouvez admettre que votre compagnon à quatre pattes favori vienne vous lécher les mains ou le visage. Vous n’en mourrez pas. Bien entendu, votre chien peut développer une attitude de léchage fou. Intervenez alors pour faire cesser ce véritable tic.

Le mordillement est beaucoup plus contestable. Je répète toujours qu’à partir de l’âge de deux mois, un chiot ne mordille plus, il mord ! Au début, c’est amusant de se laisser mordiller par ce bébé chien.

Malheureusement, avec les mois qui passent, votre animal devient très désagréable à ce petit jeu. Vous le repoussez, mais lui revient à la charge, et mord. Avec la meilleure volonté du monde vous aurez ainsi vous-même dressé votre chien pour qu’il vous attaque. Laisser un chien mordiller les mains, cela revient à laisser des enfants jouer avec des allumettes dans une grange pleine de paille : ils ne mettront pas forcément le feu à la grange, mais on aura mis toutes les chances de leur côté pour qu’ils y parviennent.

Ne dressez pas votre animal à devenir un chien nerveux. Je comprends qu’on puisse ne pas aimer les chiens mous, mais un chien ultra-nerveux n’est jamais fort confortable ni facile à mener. Si vous souhaitez que votre chien ne devienne pas un être fébrile, contrôlez-vous vous-même. Faites l’essai de poser la paume de votre main à plat sur le dos ou contre le flanc de votre chien, sans bouger du tout votre main. Vous verrez votre chien automatiquement se calmer lui-même.

Contrôlez le son et le débit de votre voix. Si vous souhaitez avoir à vos côtés un chien pas trop nerveux, ne le soyez pas vous-même…

Que faut-il refuser à tout prix

D’abord et avant tout, au moment de l’achat, refusez d’acheter un chiot clairement peureux. Sinon vous vous préparez une vie de soucis à côté d’un animal qui ne saura jamais se contrôler, sauf si un bon spécialiste parvient à régler le problème.

Les petites désobéissances peuvent mener à de grosses désobéissances. Attention, le chien est un être de meute, c’est-à-dire qu’à la fois il obéit, mais aussi qu’il conteste l’autorité. Mère Nature s’est arrangée pour que seul le meilleur soit le chef de la meute. Or un jour le chef décline. Ce jour-là, et instantanément, le meilleur de ses lieutenants prend la tête. Le chien est à la fois un être d’obéissance et de contestation. Attention à ne pas laisser empirer ses désobéissances. Mais ne vous formalisez pas obligatoirement si votre chien ne vous obéit pas en permanence au doigt et à l’œil.

De temps à autre, vous pouvez tolérer un écart d’obéissance. Cela n’enlèvera vraiment rien à votre statut de chef.

Par ailleurs, vous devez accepter les bonnes initiatives de votre chien. Si un beau jour, et si cela vous plaît, il vous apporte une de vos pantoufles, félicitez-le abondamment. Rien qu’en faisant cela, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que votre chien reproduise ce comportement et apprenne quasiment de lui-même à vous apporter vos pantoufles sur ordre.

Vous serez étonné de voir comment votre chien se souviendra des compliments qu’il aura reçus pour telle ou telle de ses actions. Soyez constant dans votre comportement, ne refusez pas un jour avec colère ce que vous avez accepté avec joie la veille. Sinon votre chien ne comprend plus rien. N’éteignez donc pas chez lui toute envie de vous faire plaisir ultérieurement…

De la même manière, si vous souhaitez avoir un chien de garde, félicitez-le les premières fois qu’il aboiera à l’arrivée d’un étranger.

Pour le reste, refusez toute expression de méchanceté chez votre chien. J’utilise à dessein le mot de méchanceté, tout en sachant qu’il ne correspond pas au mécanisme mental du chien. Un chien n’est pas un être méchant, c’est-à-dire qu’il ne fait pas le mal pour le plaisir. La méchanceté est une caractéristique uniquement humaine. En revanche, je parle d’excès d’agressivité chez le chien.

Un chien peut être dangereux Cela se déclenche essentiellement à cause de divers dressages, quelquefois à l’insu du maître.

N’acceptez pas, je le répète, que votre chiot vous mordille les mains.

Quand votre chien déclenche son agressivité contre un animal ou un être humain, ne le retenez pas en laisse très courte tout en lui demandant à voix douce de se calmer, et en le caressant pour bien montrer à tout le monde qu’il est gentil au fond. En faisant tout cela, vous lui expliquez, dans son langage à lui, que vous êtes content de son éclat. Lui entend votre voix douce et apprécie vos caresses. Il se dit qu’il ferait bien de recommencer pour avoir d’autres caresses et d’autres mots doux…

Et interdisez-vous une bonne fois pour toutes de frapper votre chien, même pas fort, et même avec un journal roulé en tuyau. Si vous frappez votre chien, vous déclenchez chez lui plus ou moins rapidement l’envie de se défendre. Avec la meilleure volonté du monde, même si en