Conseils canins à vous mettre sous la dent!

Chapitre 9 – La sexualité

Les chaleurs d’une chienne se déclenchent deux fois par an, généralement au printemps et en automne, et durent environ trois semaines. Elles se caractérisent par un écoulement coloré de sang, rose ou rouge foncé. Pendant les premiers jours, la chienne n’est pas fécondable.

La ponte des ovules s’effectue généralement du douzième au quatorzième jour. Pendant les premiers jours, la femelle refuse absolument l’approche du mâle, puis elle en arrive à le provoquer, à lui mettre son arrière-train devant le nez, en repoussant la queue sur le côté. La chienne peut rester en chaleur 21 jours mais il est rare qu’une saillie après le quinzième jour produise une portée, sauf dans le cas des chiennes plus âgées, chez qui la ponte peut se faire quelquefois très tardivement jusqu’au vingtième jour.

II y a plusieurs pontes. La durée de vie du spermatozoïde étant de 48 heures, vous voyez qu’il est possible qu’un chien féconde une chienne à des dates différentes du treizième jour.

Une chienne couverte par plusieurs mâles peut donner dans la même portée des chiots issus de ces différents pères. Cela ne compromettra en rien la pureté des futures saillies effectuées avec un seul étalon.

La grossesse nerveuse est une fausse grossesse. La femelle semble attendre des bébés, son ventre grossit, elle fait même une poussée de lait. Mais elle reste vide !

Les éleveurs ont l’habitude de pratiquer ce qu’ils appellent la saillie appuyée. 48 heures après la première saillie, ils présentent à nouveau la chienne au mâle, pour couvrir au mieux la durée de la ponte et de la vie des spermatozoïdes, et donc pour mettre de leur côté un maximum de chances d’avoir des bébés.

Si vous désirez un jour obtenir une portée, vous devez connaître un certain nombre de règles utiles. Vaccinez et vermifugez la chienne au début de la gestation, laquelle dure 65 jours, et quelques jours avant la naissance.

La mise bas a lieu 36 heures après une baisse importante de la température de la chienne. Cette baisse peut aller jusqu’à 37 ou 37,2°, au lieu des 38,5° habituels. Pendant les 3 ou 4 premières semaines, il n’y a rien à nettoyer. La mère avale tout !

Comment empêcher l’accouplement ? Mettez une culotte hygiénique à la chienne au moment des premiers saignements. Cette culotte présente l’avantage d’éviter toute salissure dans l’habitation. Et l’inconvénient de devoir être changée très souvent. II existe des culottes en cuir, qui n’empêchent pas la chienne d’uriner mais qui interdisent l’accouplement. Certains produits, les répulsifs, sont destinés à masquer l’odeur de la femelle en chaleur. Le spray E-M est pour moi le plus efficace des répulsifs. Je le pulvérise sur toute l’arrière-main de la femelle. Je ne fais pourtant pas une grande confiance à ces produits. La meilleure formule, et la plus économique, pour ne pas avoir de chiots non désirés, consiste à bien enfermer les chiennes en chaleur.

La stérilisation reste évidemment la solution la plus radicale au problème des accouplements non désirés. On sait que les associations de protection animale, SPA ou Fondation Bardot notamment, préconisent et pratiquent à grande échelle la stérilisation des femelles.

II s’agit d’une opération effectuée par un vétérinaire, et qui coûte jusqu’à 1000 euros selon le praticien. Le vétérinaire peut également vous conseiller des pilules ou des injections abortives ou anticonceptionnelles.

Si vous touchez au mécanisme fort fragile des hormones, vous risquez des conséquences inattendues. J’ai eu une chienne de bouvier des Flandres. A la suite d’une première piqûre anticonceptionnelle, elle a régulièrement fait tous les deux mois, jusqu’à la fin de sa vie, six grossesses nerveuses par an…